Il plut
Toute la journée
Il pleure
D’un lourd chagrin

Et soudain
J’ai compris
Que le froid était là
Rude et cruel
Et qu’il durerait

Si tu ne te relevais pas
Toi cheval blanc
Dans le vent

Sur la peau de l’arbre
Les mousses étincellent
La douce pluie
Est déjà
Passée par là

De ton épaule gauche
Se lève le soleil
Ô amour
Ouvre-moi

Les voitures cavalent
Ecrasant sur leur passage
La musique de la pluie
Elle tombe

Mémoire, ma douce complice
Tu avais bien appris
Aux jours sombres de la vie
Les astuces de l’oubli

Brouhaha au carrefour
Les pigeons de Paris
Aux pieds des passants
Noirs
       Blancs

Il y a 33 années
J’étais parmi vous
Femmes, hommes, enfants et vieux
Dans des camions, à cheval, en bateau...

Lèvres gercées
Regard fébrile
Quand ses yeux scintillèrent
Dans le dédale du rêve obscur

Calendrier, dis-moi
As-tu enregistré
Dans tes pages bien rangées
Les derniers éclats de son sourire
Ecrasé

En moi
Unis
Le jour et la nuit
Le soleil et la pluie

Octobre
Nous sommes
Le cristal brisé du temps
Des gouttes d'eau

Assise dans le jardin
Je contemple la femme en noir
Telle la crinière d'un cheval au galop
Sa fière chevelure vole sur ses épaules

Partie au prélude du printemps
Tu vins le premier jour de l'été
Tes saisons vécues
Courtes

Nous cheminons dans une rue inconnue, je ne sais vers où
Je sais seulement qu'en un temps lointain, je t'ai connu
Au rythme de nos pas, les fenêtres closes des toits sombres
S'ouvrent et s'illuminent une à une

Je descends un escalier sans fin
J'avance
Encore des marches
Tortueuses
Mon manteau noir, lourd, me pèse
L'humidité putride trouble mon souffle

Un jour de printemps tôt le matin
Le brouillard croisa une femme dans un jardin
La femme se recroquevilla
Se serra dans son châle noir
Regardez, Douce Dame ! dit le brouillard
Le jardin se réveille !
Regardez les voluptueux bâillonnements des fleurs !

Mon frère, Frère des nuages, de l'azur, des montagnes
Ma sœur, Sœur des pluies, de l'arc-en-ciel, des prairies
Voici la bouche asséchée du père
Et vos seins de tendresse
Comme Péro, la fille de Cimon
Vous lui offrez par gorgée
L'amour

Ô, Année nouvelle !
Découvre-nous
Tes bons fruits
Cachés sous la neige.

Hachures jaunes
Jaune éthéré
Jaune de crayon de couleurs
Du temps de l’enfance
Jaune de nulle part

Après-midi d'été
Élancé
Désir fluide de l'eau
Désert de soif et fontaine de mirage