Un jour de printemps tôt le matin
Le brouillard croisa une femme dans un jardin
La femme se recroquevilla
Se serra dans son châle noir
Regardez, Douce Dame ! dit le brouillard
Le jardin se réveille !
Regardez les voluptueux bâillonnements des fleurs !

Dans mes bras
Elles savent que je ne durerai pas
Une petite heure seulement ! Et le soleil reviendra !
La femme soupira
Ouvrit son châle
Et serra le brouillard sur ses seins
La bouche brumeuse but ses larmes
Et retrouva ses lèvres
Encore tremblantes
Du baiser d’adieu
De la nuit passée

Chahla Chafiq
Mars 2013