Les questions que pose l'islamisme ne relèvent pas d'un conflit de cultures ou de civilisations. Elles relancent pour chacun de nous, où que nous vivions, le problème des rapports entre la culture, la religion et la politique. "A partir d'aujourd'hui, le gouvernement d'Allah s'instaure en Iran." Cette déclaration de l'ayatollah Khomeyni, en avril 1979, marque le début d'une histoire dont on n'a pas fini d'analyser les origines et les conséquences. La prison politique en Iran est rapidement devenue l'expression de l'islamisme dans son essence idéologique. Elle fut le lieu d'application de sa vision du monde, des hommes et des femmes.

Ce livre montre comment se dissipa l'espoir, vite déçu, d'un équilibre entre le projet islamiste et le projet démocratique.

Il explique pourquoi l'islam politique - considéré par les opposants à la dictature du shah comme capable de réveiller les consciences anti-impérialistes - fut la source de la répression.

Isolement, tortures, exécutions massives sont les châtiments réservés pour les péchés commis par les blasphémateurs, c'est-à-dire les opposants au régime. La prison, destinée à fabriquer le nouvel homme islamiste, révèle aussi la vision diabolisée des femmes où se cristallise toute la profondeur de l'islamisme politique.

Fondé sur l'analyse des témoignages d'anciens prisonniers, sur des testaments de suppliciés, cet ouvrage permet de comprendre les origines, les moyens et les objectifs du régime islamique.

Consulter le sommaire : ici !

 Lire les critiques parues dansHommes et Migrations / Nouvelles Questions Féministes