Si tu ne te relevais pas
Toi cheval blanc
Dans le vent

Tu ne graverais point
Dans ma mémoire
Le jardin

Ce vert rouge orange
Ouvrant les bras
A mon regard perdu
Qui allait sombrer
Dans les ténèbres
De la vallée

Debout j’étais
A la cime du rêve
Sur un pont sans fin
J’entendais seulement
Le sifflement du vent
Et sous mes yeux
Le creux de la vallée
Effrayant

Soudain à mes cotés
Tu t’es relevé
Juste pour un instant
Blanc tout blanc
Si blanc
Que j’ai vu
Les couleurs
Du jardin

Et le rouge vert orange
Du rêve
Ne périt pas
Dans les abîmes
Du cauchemar

Chahla Chafiq

Mai 2017