Les voitures cavalent
Ecrasant sur leur passage
La musique de la pluie
Elle tombe

Sourde et froide
Sur l’autoroute

Et ces pluies de tirs
Tempétueuses
Qui font trembler
La terre sous nos pieds
Et ces alarmes aigües
Qui déchirent le cœur du temps
Etouffant les aurores

Pourtant
Les arbres sont en fleur
Et les oiseaux migrateurs
De retour
Dans ma petite rue
Le facteur
Passe toujours

Et toi, l’astre de l’amour
Par peur de quel tourment
Nous abandonnes-tu
Aux nuages ténébreux

Chahla Chafiq
Mai 2016